World is a Fiction

Vous aimez lire ou écrire des fanfictions sur des séries, des films ou autres? Ce forum est pour vous ^^
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ne dis rien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a.a.k
Cangel 'till the end
Cangel 'till the end
avatar

Messages : 20395
Date d'inscription : 29/06/2009
Age : 29
Localisation : In Jensen's arms

MessageSujet: Ne dis rien   Jeu 7 Juil - 9:16



Par une nuit d'hiver, une jeune femme, Pilar, s'enfuit de chez elle en emmenant son fils. Antonio, son mari, la poursuit, veut la ramener à la maison, lui promet de changer, de ne plus être violent. Rien n'y fait, Pilar a pris sa décision. Il va alors tenter de la reconquérir et de maîtriser ses accès de colère qui immanquablement débouchent sur de la violence physique. Thérapie de groupe, retour sur soi, Antonio veut guérir. Mais pendant ce temps, Pilar va trouver loin de son époux un nouveau sens à sa vie.


Bande-annonce Vostfr

_________________




You're a lot smarter than you look. Of course, you look like a retard ~ Cordelia Chase
This is it: Team Free Will. One ex-blood junkie, one dropout with six bucks to his name, and Mr Comatose over there. Awesome. ~ Dean Winchester


Dernière édition par a.a.k le Jeu 7 Juil - 9:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cangelbestlovers.positifforum.com/
Miss Kitty
I love what you are ♥
I love what you are ♥
avatar

Messages : 7850
Date d'inscription : 29/06/2009
Age : 27
Localisation : Sud de la France

MessageSujet: Re: Ne dis rien   Jeu 7 Juil - 9:29

On voit pas l'image ^^

Et ça a l'air intéressant ! Ca aborde la violence conjuguale vu des deux points de vue ?

_________________
 

~ Spuffy & Cangel Forum ~ Tumblr ~ Sens Critique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spuffy-and-cangel.forumactif.com/forum
a.a.k
Cangel 'till the end
Cangel 'till the end
avatar

Messages : 20395
Date d'inscription : 29/06/2009
Age : 29
Localisation : In Jensen's arms

MessageSujet: Re: Ne dis rien   Jeu 7 Juil - 9:43

Damn! Le lien est changé ^^

Et, ça fait un bail, mais il me semble, ouais, qu'on voit le point de vue du mari. Si mes souvenirs sont bons, on le voit aller à des réunions pour contrôler sa colère ou un truc du genre.

Enfin, je conseille ce film, il est réaliste, poignant et *juste*.

_________________




You're a lot smarter than you look. Of course, you look like a retard ~ Cordelia Chase
This is it: Team Free Will. One ex-blood junkie, one dropout with six bucks to his name, and Mr Comatose over there. Awesome. ~ Dean Winchester
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cangelbestlovers.positifforum.com/
a.a.k
Cangel 'till the end
Cangel 'till the end
avatar

Messages : 20395
Date d'inscription : 29/06/2009
Age : 29
Localisation : In Jensen's arms

MessageSujet: Re: Ne dis rien   Jeu 7 Juil - 9:55

Les critiques d'allociné:

Citation :
Pilar l'héroïne ne dis rien car elle sait que chaque parole de sa part conduira à la violence de son mari. Ce film évite avec bonheur les clichés de l'homme bête et brutal et de la femme battue et soumise... Contre eux mêmes ils se battent avec force : elle contre sa mansuétude qui l'amène à trop pardonner et surtout à trop espérer... lui contre sa violence qui n'est que l'expression d'une peur panique qu'il éprouve à voir sa femme évoluer sans lui... Impossible de prendre partie, impossible de se dire que le mal et le bien se sont partagés les personnages, et c'est ce qui fait la subtilité et la force de ce film. Les acteurs distillent avec une incroyable finesse la fragilité de l'équilibre qui unit ce couple. On en viendrait à comprendre et à l'amender, à lui dire à elle de ce secouer et de réagir. Mais rien n'est ce qui parait... La salle KO après le film fixait l'écran hébétée, saoulée des silences et des regards si expressifs des acteurs.

Citation :
Remarquable! J'ai été entierement conquis! Tout est juste dans ce film: le jeu des acteurs dont on ne doute pas un seul instant, les situations qui ne sont en rien romancées et le tout qui vous donne à réflechir... Merci pour de tels films, soutenez les, ne perdez pas votre temps avec des navets américains. Courrez découvrir ce film dont vous ne sortirez pas indemnes!


A
Citation :
la première scène, nous ressentons la préssion, la peur, les doutes de cette femme et cet homme. Cette atmosphère lourde est présente durant toute la durée de ce chef d'oeuvre. Nous nous mettons a croire à une possibilité de reconciliation de couple, avec cet homme qui veut absoluement combattre la violence qui le ronge, avec cette femme qui aime son mari. Le cliché du mari violent et méchant est totalement éffacé pour laissé place au mari violent certe, mais malade et amoureux de sa femme. Et devant cette atmosphère lourde, nous apprécierons sans nul doute les dialogue drôles qui se marient parfaitement au reste. Un jeu d'acteur boulversant. Un film à ne pas rater.


Citation :
Ce film sensible sonne juste en nous épargnant des effets trop appuyés. La violence conjugale bien que très présente, c'est le sujet du film, est rendue encore plus forte parce qu'elle est davantage suggérée. Les actrices y sont formidables; l'héroïne en tête, et l'on suit avec intérêt son (r)éveil à la vie par le biais notamment d'une passion professionnelle. Sa peur de femme battue est ressentie à chaque instant mais le réalisateur tout en adoptant le point de vue de son héroïne, s'attache aussi à décrire les peurs du mari violent, s'en les excuser, pour une vue globale de ce couple sans retour.


Citation :
Pas un film lacrymogène, mais un propos qui vous attrape les tripes dès le début et ne les lâche plus jusqu’à la fin. Quelle intelligence dans la compréhension des sentiments humains ! Quelle finesse et quelle pudeur ! Quels acteurs aussi ! L’angle sous lequel est traité le sujet est excellent. Tous les personnages sont d’une authenticité époustouflante. Pas d’accord, par exemple, pour résumer le personnage masculin, Antonio, à une brute. C’est un homme malade, follement amoureux de sa femme, évidemment violent, qui ne maîtrise pas ses accès de colère, mais qui prend conscience de la nécessité de changer et s’y efforce. Quant à Pilar, elle est magnifique, tout simplement majestueuse, dans cette lutte contre la peur, dans cet espoir tendu vers l’amour, et finalement dans cette tentative acharnée de préservation et de reconstruction de soi.

Citation :
Un film d’une grande pudeur qui aborde un sujet difficile et malheuresement récurrent en Espagne: la violence conjugale. Partant d’une histoire simple (une femme veut quitter son mari suite aux violences que ce dernier lui porte), Iciar Bollain réussit un drame poignant, proche du documentaire A travers la reconstitution de la lente destruction du couple, la réalisatrice brosse un extraordinaire portrait de femme battue, naviguant entre amour et haine pour son conjiont. Elle retrace le processus d’anéantissment de cettte femme avec une retenue particulière. Cette épreuve apparait comme une sorte de découverte d’elle même pour le personnage de Pilar, qui est interprété avec une grande conviction par Laia Marull. Elle apporte toute la fragilité nécéssaire au personnage et illumine le film de sa beauté naturelle. Quant à Luis Tosar, qui interprète le mari violent , il est inquiétant et fragile à la fois, un partenaire idéal pour Laia Marull. On éspère la revoir bientot sur nos écrans français.

Citation :
Film magnifique sur un sujet qu'il convient d'aborder avec tout le respect dû aux victimes, ce qui signifie que lorsque je dis que le film n'est pas manichéen et que le mari n'est pas le salaud intégral, qu'il cherche même à changer, à s'améliorer, qu'il suit même une thérapie (séquences mêlant l'humour au drame) , cela ne dédouane en rien son comportement. Mais en faisant du mari violent un personnage complexe et déchiré entre son amour et ses pulsions agressives la réalisatrice nous amène à comprendre les causes profondes cette violence. Le titre espagnol "Je te donne mes yeux" traduit encore mieux la confiance bafouée d'une femme amoureuse. La violence provient ici du sentiment d'infériorité: l'homme ne supporte pas le besoin d'émancipation de sa compagne, et surtout le fait qu'elle s'épanouisse dans un travail intellectuel dont il se sent incapable. On ne voit pas un seul coup porté mais la violence morale est très forte. Pilar devra se débattre entre son amour et sa révolte, pour trouver comment se dégager de celui qui ne veut pas lâcher son emprise. Deux acteurs principaux bouleversants et des seconds rôles excellents font de ce film un moment exceptionnel.


Citation :
Une histoire d'amour puissante, formidablement interprétée, filmée par une ex collaboratrice de Ken Loach. Ce film a obtenu 7 Goyas (équivalent espagnol des Césars), notamment meilleur film, meilleure mise en scène, meilleur scénario, meilleur acteur, meilleure actrice... C'est un film subtil et bouleversant à la fois, pudique et violent, certainement ni manichéen ni "féministe" militant. Il n'y a pas d'amour heureux et le plus à plaindre des deux, au final, n'est pas celui qu'on aurait pu penser. Je l'avais vu à sa sortie, je viens de le revoir en DVD. C'est toujours aussi poignant mais une deuxième vision permet de mieux apprécier l'image, la beauté de Tolède, des tableaux...C'est vraiment remarquable!


Citation :
Aborder la violence conjugale par le biais du mélo léger, tel est le propos d'un film sensible, respectant les positions de chacun. Le réalisateur pratique de plus l'élision avec bonheur (le mari se retrouvant dans une psychothérapie de groupe, l'épouse évoluant et acceptant de le revoir). Une astuce du scénario (le parallèle entre le prochain mariage de la soeur et la dégradation du couple Pilar/Antonio) n'est pas à dédaigner. Sans oublier le décor naturel de Tolède, les explications des tableaux de maître par Pilar en tant que guide du musée et le mépris dans lequel la famille d'Antonio le tient. La grande force de ce film : ne jamais insister sur des thèmes qui se développent avec aisance et la pratique de l'humour dans le tragique (les maris violents pratiquant des jeux de rôles en compagnie du psy) . Il y avait longtemps que je n'avais été ému à ce point!

_________________




You're a lot smarter than you look. Of course, you look like a retard ~ Cordelia Chase
This is it: Team Free Will. One ex-blood junkie, one dropout with six bucks to his name, and Mr Comatose over there. Awesome. ~ Dean Winchester
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cangelbestlovers.positifforum.com/
a.a.k
Cangel 'till the end
Cangel 'till the end
avatar

Messages : 20395
Date d'inscription : 29/06/2009
Age : 29
Localisation : In Jensen's arms

MessageSujet: Re: Ne dis rien   Jeu 7 Juil - 9:56

Citation :
Avant d'exposer notre argumentation sur le film de Iciar Bollain, il est nécessaire de réfléchir sur l'origine et la naissance d'une telle production. En effet, l'Espagne est le pays européen qui connaît le plus de violences conjugales, même si ses voisins ne sont pas pour autant des modèles. Cette réalité aberrante qui existe dans toutes les civilisations, et certainement depuis la naissance de l'Homme, démontre que la complexité des rapports entre les deux sexes est la première préoccupation de ce message qui se veut alerte. Tout d'abord, il s'adresse, universellement, à toutes et à tous. Sa fonction a pour principe de nous heurter face à des comportements jugés dangereux, choquants, où l'homme maltraitant la femme, inconsciemment, dégage une brutalité physique et morale qui lui est néfaste autant pour lui que pour elle. Le mérite de Te doy mis ojos, de titre original, est la maîtrise d'une psychologie très réaliste. Par exemple, le couple habité par les comédiens Laia Marull et Luis Tosar, formidables tout deux, plaque la situation telle qu'elle : il aime sa femme, la bat par jalousie; inconscient du mal qu'il lui donne, elle hésite parfois à le quitter mais ne peut s'empêcher de revenir par amour pour son mari et pour son fils; enfin, parce que la société, le poids de la famille et de la religion le lui impose indirectement. La réalisatrice a pour rôle de nous éduquer à ne pas faire ce que l'on voit à l'écran. De ce point de vue, la démonstration peut se comparer à un message de prévention comme on en voit en France sur la violence dans le couple à la télévision. Par conséquent, peut-on véritablement parler d'une oeuvre artistique ou d'un message collectif déguisé en projet cinématographique ? On dirait un téléfilm, malgré la qualité de l'interprétation, et l'analyse n'a rien d'édifiant. Le tabou n'a rien d'absolu. Il y a aussi d'autres points noirs, comme des poncifs sur l'art assez désagréables sur la question de la sensibilité. Mais la combat est salutaire.


Citation :
C'est un bon film, mais pour personnes avertie. La violence conjugale dont les femmes sont soumises est bien relatée, avec ses cycles et ses dégâts. Toutefois, seul un public qui connait le déroulement de cette violence peut en relever le fonctionnement. Il est vrai qu'en moins de deux heures, on ne peut présenter ce phénomène et l'expliquer à tout un chacun. On peut aussi noter l'interprétation exemplaire de actrice qui joue ou vit son rôle.... Même si dans l'explication il y a ce manque, dû à la limite temps, on ne peut qu'apprécier le travail fait pour présenter à tous un film traitant d'un sujet aussi difficile, voire même tabou....

Citation :
La violence conjugale est une plaie qui gangrène la société espagnole bien plus que n'importe quelle société européenne. A tel point que chaque meurtre lié à ce type de violence se retrouve à la une des journaux télévisés avec grand renfort de reportages sur place et d'interviews pleines de larmes des membres de la famille. Voyeurisme abject ou tentative d'éduquer la société sur cette plaie ? Ma nature optimiste me souffle la deuxième option : pour preuve la diminution de la violence conjugale ces dernières années... Le titre original DAME TUS OJOS (donne-moi tes yeux) est bien plus parlant de la violence psychologique du personnage du mari joué par Luis Tosar (déjà remarqué dans le même type de mari en perdition totale dans Los Lunes al Sol). Pourquoi alors ce titre guère parlant "ne dis rien"? Iciar Bollain (actrice chez Loach sur "land and freedom") et déjà co-réalisatrice d'un court métrage "Amores que matan" sur la violence conjugale place l'action de ce film dans une ville hautement provinciale Tolède comme pour mieux opposer la douceur de vivre de cette ville avec l'enfer que vit Pilar. Sans jamais tomber dans le pathos inutile, la réalisatrice et scénariste démonte bien les mécanismes psychologiques et physiques de la violence exercée par le mari.Cette violence sera de plus en plus présente malgré une tentative ratée de reprise en main par le mari avec des séances suivies chez un psy avec d'autres maris violents. Séances qui d'ailleurs donnent lieu à une des scènes les plus réussies de ce film quand les maris violents scénifient cette violence à l'aide de jeux de rôles. Pour résumer film réussi pour son caractère sociologique..film émouvant à voir (ou revoir) absolument

Citation :
Le synthése de tous les scénarii de la violence congugale. Ce film devrait être vu par tous les jeunes adolescents, (Filles et garçons) avant qu'ils ne reproduisent certains comportements des adultes...Ce n'est pas un film de plus sur les violences faites aux Femmes (et aux enfants!), c'est un regard précis et urgent sur le système de domination-soumission dans un couple atteint par cette "maladie". Comédienne bouleversante dans le rôle de Pilar, Laia Marull est "encerclée". Son mari a construit un piège d'où elle ne peut plus s'extraire. Luis Tosar, dans le rôle d'Antonio, campe un agresseur "zélé" et manipulateur, un véritable tortionnaire. La mécanique est à ce point "rôdée" que la victime se sent elle-même coupable...! Ce film est un cri d'alarme sur un des derniers tabous, ce "cancer social" qui gangrène toutes les classes de la société; qui tue une Femme par jour et concerne six millions d'entre-elles rien qu'en France...

Citation :
Un film intelligent sur un sujet rarement traité avec objectivité. Ici, on retrouve le quotidien sans artifices et sans maquillage. La vie de ce couple se dévoile au jour le jour (ca parait idiot de dire ca, mais je trouve qu'il est rare de voir un drame se dérouler de facon linéaire, sans utiliser de flashback ou ou des histoires parrallèles). La femme part suite à la dispute de trop, elle est arrivée au point où elle ne peut plus supporter les violences conjugales. A partir de là, on assiste à leurs deux vies séparées, les efforts du mari pour changer grace à une thérapie de gorupe, on apprend à le connaitre, on découvre son caractère sa vie. Pilar, elle, cherche d'abord un moyen de s'émanciper puis découvre une raison de vivre, de nouveaux horizons. J'ai espéré que tout s'arrange entre eux mais on constate vite que le mal est ancré dans leurs relations, ils s'aiment mais ne pourront plus etre heureux tout les deux. La puissance de la mise en scène nous met face à la réalité de ces deux vies liées mais qui se déchirent. L'homme n'est pas représenté comme une brute incapable d'amour ni de remors, ses efforts sont sincère, il veut garder sa femme, peut etre plus pour ne pas vivre seul que par amour mais on le voit volontaire, sujet au doute et conditionné par un foule de choses négatives. L'actrice jouant la femme battue est impressionnante : sans etre larmoyante, ni inspirant la pitié, elle évolue pour vivre. Elle aime son mari mais en a peur, elle souhaite rester avec lui car c'est sa conception de la vie et subit les violences domestiques.. jusqu'a un certein point. Elle finit par craquer une première fois et se réfugie chez sa soeur mais elle finit par donner une deuxième chanse à son mari, ce qui est louable mais dangereux. Lors de leurs retrouvailles, on espère que tout peut s'arranger mais... essayez de voir ce film, il sort du lot des drames conventionnés qu'on nous sert

Citation :
Encore un film Espagnol, ici un pur drame, qui nous fait vibrer. Un thème terrifiant et difficile à traiter sans clichés. Objectif réussi, sans fausses notes et accompagné d'une très bonne interprétation. On est en complète immersion, craignant le non retour à chaque scène et bien plus que cela, les dégâts causés. Que dire que c'est un excellent film qui pointe la violence conjugale, disséquée, complexe et sans compromis. 4.5/5 A voir absolument !!!

Citation :
Magnifique film sur un sujet encore et toujours tabou mais le fait qu'il provient d'une réalisatrice Espagnole donne de l'espoir sur l'évolution des mentalités.Le titre français n'est pas génial mais tant pis l'important est dans l'interprétation grandiose que nous livre les 2 acteurs principaux : Marull est non seulement très belle physiquement mais elle transmet a l'écran une palette d'émotions incroyable allant du rire aux larmes en passant par la peur et lui Tosar macho hispanique au physique dur joue le mari jaloux et irascible incapable de canaliser sa violence malgré sa bonne volonté ,ce qui donne a l'image des scènes d'1 force émotionnelles extrêmes tant dans les bons comme dans les mauvais moments que traverse ce couple tristement banal.La cinéaste a eu la bonne idée d'insérer quelques séquences légères (les réunions de mecs lors de la thérapie ou les dialogues entre filles au resto) afin de ne pas noircir un tableau déjà bien sombre mais ou l'espoir demeure (cf la fin).

Citation :
Un film alarmant qui ne laisse vraiment personne insensible. Objectivement, le scénario est bien pensé. Cette intention de mettre en image la violence conjugale est absolument admirable et on se doit de féliciter Icíar Bollaín. Cela nous donne une intrigue souvent réaliste avec des passages particulièrement difficiles. Le couple de personnages principaux est remarquable de justesse et constitue la vraie force de ce long-métrage. La figure du mari violent est parfois excessive mais reste toujours dans le ton. Celle de la femme martyrisée est fabuleuse. Dans ce sens, il faut louer les mérites de Laia Marull qui nous livre une prestation touchante et pleine de conviction. Cependant, il y a tout de même un petit point noir à signaler. En effet, le manque de dynamisme est parfois palpable, ce qui baisse sensiblement la qualité de la tension dramatique. Quoi qu'il en soit, c'est ce genre de films marquants qu'il faut courir voir au cinéma.


Citation :
Ce film est excellent... vraiment d'une qualité exceptionnelle. J'avoue que la fin m'a en plus bien surpris, je m'attendais à une tragédie et plus particulièrement je pensais que Pilar perdrait sa vue par coups (ils l'ont presque suggéré et le titre du film en español l'indiquait aussi). Les personnages et relations sont super bien établis, les acteurs sont impressionnants, le réalisme est plutôt bien ancré. Il n'y a que quelques situations de colère d'Antonio que j'ai trouvé parfois, disons un peu faciles à la détente, possiblement parce que je ne suis pas en mesure de m'imaginer pas ce qui passe dans la tête de ce genre de gars...

_________________




You're a lot smarter than you look. Of course, you look like a retard ~ Cordelia Chase
This is it: Team Free Will. One ex-blood junkie, one dropout with six bucks to his name, and Mr Comatose over there. Awesome. ~ Dean Winchester
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cangelbestlovers.positifforum.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne dis rien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne dis rien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gagnez de l'oseil sans rien faire !
» Yasmina Khadra, un écrivain algérien
» Meeting Aérien de Reims 27 & 28 juin (spotter day le 26)
» Je crois qu'il n'y a plus rien à ajouter...
» Rien que pour vos cheveux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World is a Fiction :: Le coin papotte :: Les films :: Drame-
Sauter vers: